Le cheval fut le compagnon du mineur par excellence, son "frère à quatre pattes". Cet animal tirait des charges spectaculaires durant des journées complètes. "Ch'meneu d'quéviaux" ( traduction littérale: le meneur de chevaux) accrochait et décrochait les berlines. Il n'avait presque pas besoin de dresser le cheval, celui-ci comprenait très vite le travail qui lui était incombé. Le cheval, à lui seul, pouvait tirer 13 à 14 "balles" (des berlines pleines). Il venait en aide au mineur quand celui-ci n'arrivait pas à pousser une charge trop lourde.....

Ci-dessus, la descente d'un cheval au fond : à la verticale, car c'était le seul moyen pour qu'il ne s'asphyxie pas. On utilisa cette méthode jusqu'en 1936, ensuite, les chevaux descendirent debout dans une cage d'ascenceur.

Pendant 15 à 20 ans, le cheval ne revoyait pas la lumière du jour. Quand il remontait, il était épuisé et il fallait l'habituer tout doucement à la lumière, de façon à ne pas brûler la rétine, ce qui l'aurait rendu aveugle.